Terra Libra entre commerce équitable et bio-local

02 99 37 14 00

Accueil > Actualités > La quinoa du Pérou, biologique et équitable

La quinoa du Pérou, biologique et équitable

6 juin 2018

Non, toute la quinoa du Pérou n’est pas bonne à jeter,

comme semblait l’indiquer un reportage diffusé sur France5 en octobre dernier et qui a fait grand bruit. Reportage tellement clivant qu’on le penserait à l’initiative d’une grande marque française du bio, principal importateur européen, s’approvisionnent dans le pays voisin, la Bolivie.

Les images et propos sont effarants. Le Pérou s’est en effet engouffré sur le marché de la quinoa à coup de grandes cultures et des produits chimiques sans limite. Le documentaire a le mérite d’être didactique ; ainsi on comprend bien que les cultures de basse altitude, du Pérou ou d’ailleurs, sont plus facilement attaquées par les insectes, alors que sur son terroir d’origine, à près de 3000m d’altitude, les nuisibles sont inexistants.

Mais si Bolivie et Pérou se livrent une guerre commerciale, ce qu’il faut avant tout distinguer ce n’est pas le pays d’origine, mais le mode de production, traditionnel et biologique ou industriel et chimique. Et Il est à craindre que le Pérou n’ait pas le monopole de ce dernier.

Car la quinoa est tout aussi originaire du Pérou et d’Équateur bien avant l’arrivée des colons, quand on parlait encore du grand Empire Inca « Tawantinsuyo » qui allait du sud de la Colombie au nord du Chili. D’ailleurs sous la Couronne espagnole la Bolivie s’appelait le Haut Pérou.

À Terra Libra, nous travaillons depuis toujours avec nos amis de Saldac, petit importateur spécialisé sur les trésors du Pérou, et engagé pour un commerce équitable et une agriculture biologique. Leur quinoa provient de la coopérative Los Chankas dans le département d’Apurimac, au sud du pays, un secteur rural isolé où les producteurs ont besoin de vendre leur quinoa à un bon prix pour le développement des villages.

Elle est cultivée de façon traditionnelle, sans engrais ni pesticide, entre 3.500 et 3.800 m d’altitude et est issue de variétés anciennes, telles que Junin et Sajama. C’est une graine avec d’excellentes qualités nutritives, un peu plus petite que la quinoa real, mais au combien savoureuse. Elle n’a donc rien à envier à la quinoa de Bolivie et encore moins à celle cultivée aujourd’hui en France.

Produire et consommer local est essentiel ; mais respecter un terroir, l’origine d’une culture et maintenir un lien économique avec des communautés l’est tout autant.

C’est pour toutes ces raisons que nous sommes heureux de continuer à vous proposer une excellente quinoa du Pérou

Notre quinoa est certifiée équitable par le système SPP « Symbole des Petits Producteurs », un label qui appartient aux producteurs : www.spp.coop

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | Tout afficher

  • En route pour le Brésil - visite de la COPAVI en février

    25 janvier 2012

    Alambique Cachaça

    A quand le retour de la cachaça ?? Depuis plus d’un an maintenant, nous devons faire face à une cruelle pénurie de cachaça, le rhum brésilien que nous importons directement de chez nos partenaires de la COPAVI, coopérative collectivisée du Mouvement des Sans Terre. Les obligations légales pour l’exportation ayant été modifiées, notamment sur le type d’alambique, la COPAVI va devoir investir une somme importante pour se mettre en conformité. Pour participer à notre mesure au financement, nous leur avons fait une proposition de pré-financement d’une commande de 2.000 bouteilles avec une part en bons de (Lire la suite de En route pour le Brésil - visite de la COPAVI en février)
  • Non au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes !

    15 décembre 2011
    LE PROJET D’AEROPORT DE NOTRE-DAME-DES-LANDES est une aberration économique, sociale et environnementale Situé à 18 km du centre de Nantes, il ne résoudrait pas les problèmes que pose à la ville l’actuel aéroport. Il les déplacerait seulement. Il infligerait des nuisances graves à plus de 80 000 habitants des communes de la banlieue nord de Nantes. Les diverses structures de raccordement qui lui seraient nécessaires (routes, voies ferrées, pont sur la Loire) causeraient également des problèmes (expropriations) et des nuisances à des milliers d’autres (Lire la suite de Non au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes !)
  • Défense et soutien aux Kogis de la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie

    30 novembre 2011
    Tchendukua est une association française qui soutient le peuple Kogi de la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie dans leur démarche de restitution de terres afin de leur permettre de faire vivre leur culture et de préserver leurs modes de vie menacées par la société occidentale. Elle intervient également ici, en France, pour sensibiliser le grand public à la connaissance de ce peuple indigène et aux menaces qui pèsent sur lui. Petite présentation Que nous disent les Kogis et à quoi nous renvoient-ils ?... Tchendukua… là ou converge la pensée … Telle est la signification de ce mot qui (Lire la suite de Défense et soutien aux Kogis de la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie)
  • Alimentons 2012 : Appel de Minga et Nature & Progrès

    29 novembre 2011
    Tous les 7 ans, à cause de l’artificialisation des sols, la France perd l’équivalent de la superficie d’un département en terres cultivables ; chaque semaine 200 fermes en moyenne disparaissent au profit de l’agrandissement d’autres d’exploitations ou de l’urbanisation. La France compte environ 8 millions d’obèses et 3,2 millions de personnes qui ont recours à l’aide alimentaire, de façon intermittente ou permanente. La plupart de nos aliments ont parcouru des milliers de kilomètres avant d’atterrir dans notre assiette. Faire de l’alimentation une priorité est un projet de « haute nécessité » (Lire la suite de Alimentons 2012 : Appel de Minga et Nature & Progrès)
  • Par amour du Bien Vivre

    28 novembre 2011
    Et si l’échec programmé de Cancún s’avérait une bonne chose ? Plutôt qu’une « adaptation » au réchauffement, il pourrait permettre l’élaboration d’un nouveau mode de société. L’échec programmé de Cancún peut être la pire comme la meilleure des choses. Ce sera la pire des choses si cet échec correspond à la volonté de s’adapter au réchauffement planétaire plutôt que de le combattre. Ce choix est déjà celui des grandes firmes, avec des projets techno-scientistes comme les modifications artificielles du climat, la création d’un immense bouclier spatial autour de la terre, les puits de carbone, les arbres OGM mangeurs de (Lire la suite de Par amour du Bien Vivre)
  • La tentation normalisatrice de l’économie sociale et solidaire : un virus mortel

    20 septembre 2011
    Communiqué Minga du 21/01/11 "L’empressement de certains acteurs de l’économie solidaire à répondre au rapport Vercamer sur l’enjeu de la labellisation comme question clé du développement de l’économie solidaire nous préoccupe. Cela traduit la gravité de l’état de dépolitisation à laquelle en est rendue l’ESS. Quel contraste avec l’époque où nombre d’initiatives de citoyenneté économique s’en réclamant ont vu le jour par refus du traitement social du chômage ! À travers ce projet de labellisation de l’économie solidaire, il ne s’agit rien moins que de gérer les exclusions, à défaut de les combattre. Parce que (Lire la suite de La tentation normalisatrice de l’économie sociale et solidaire : un virus mortel)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | Tout afficher

Prochaine livraison

  1. Pays de Rennes : chaque vendredi
  2. Redon / Vannes / Ploërmel : le 20 novembre, le 4 Décembre puis le 18 Décembre
  3. St-Brieuc / Dinan / St-Malo : le 10 octobre, le 14 novembre puis le 18 Décembre
  4. Quimper / Lorient / Auray : les 20/21 novembre, les 18/19 Décembre puis le 22/23 Janvier
  5. Lannion / Morlaix / Brest / Carhaix : les 26/27 novembre, les 19/20 décembre puis les 28/29 Décembre
  6. Nantes : le 14 novembre, le 28 Novembre puis le 12 Décembre
  7. Angers / Cholet / Ancenis : le 13 novembre puis le 8 janvier
  8. Reste de la France : départ sous 48h-72h par transporteur - délai selon destination
Terra Libra 5 rue des vanniers – ZA de la forge – 35830 Betton – Tél : 02 99 37 14 00 – Fax : 09 81 38 55 37 – Mobile : 06 99 98 35 35 –
Se connecter