Terra Libra entre commerce équitable et bio-local

02 99 37 14 00

Accueil > Actualités > Terra Lib’ Tour : Etape 4

Terra Lib’ Tour : Etape 4

27 février 2019

Jardin’en vie Semences paysannes.3

L’urgence des semences paysannes

Manger biologique et local, en direct du producteur, cultiver en permaculture et construire son autonomie alimentaire … Voilà de belles idées ! Ces préoccupations sont présentes à l’esprit de bon nombre de gens que nous avons déjà croisé sur le chemin du Terra Lib’ Tour.

Mais si l’on prenait un peu le temps de questionner la graine ? Comment est-elle sélectionnée ? Qui la cultive ?
Que l’on achète des graines ou des plants pour notre potager, ou que l’on achète nos légumes dans notre Amap, au marché ou au magasin biologique, d’où vient cette graine qui est à la base de tout ?

Nous sommes nombreux à connaître Kokopelli, renommée pour son travail de conservation des variétés anciennes depuis longtemps. Au début de notre périple nous avons pu croiser, mais juste le temps d‘une balade nocturne, mon copain Mika, qui a créé la ferme urbaine Perma’g Rennes et cultive lui aussi les semences paysannes. Alors aujourd’hui, nous voici rendu près de Valence et nous avons pris le temps de rencontrer Jardin’en Vie.

Mais l’équipe court de partout en cet après-midi du vendredi : tri des tomates pour expédier à une épicerie parisienne, chargement d’un camion pour une foire bio… nous trouverons tout de même quelques minutes pour échanger avec Eric Marchand, créateur et gérant de la SCOP.

Jardin'enVie - Artisan Semencier from eric marchand on Vimeo.

Avec Eric, nous nous connaissons peu, mais avons déjà partagé plusieurs rencontres au sein de notre organisation Minga, rassemblant des « producteurs d’intérêt général » de tous métiers.
On entend beaucoup parler des variétés anciennes de légumes, et des semences paysannes. Je lui ai donc demandé quels en étaient les enjeux.

Pour Eric, le constat est alarmant. La semence reste le sujet oublié de l’alimentation alors qu’elle en est le fondement !! Manger biologique et local est une très belle avancée, mais cela n’a aucun sens si nos légumes sont issus de graines hybrides F1. Surprise ! et oui, même en bio, l’essentiel de légumes proviennent de ces variétés brevetées et commercialisées par les grands groupes de la semence.

Pourtant, au-delà de la nécessité évidente de casser les monopoles, et de s’affranchir de ces grands semenciers qui privatisent le vivant, les variétés paysannes ne manquent pas d’arguments : adaptées à la polyculture, produites dans le champ du paysan elles favorisent son autonomie ; avec une grande variété génétique, elles offrent une liberté de choix au consommateur, et aussi bien sûr une grande qualité nutritive et gustative.

Mais pour Eric, c’est pour tenter d’enrayer le changement climatique que nous devons très vite remettre en culture et largement les semences paysannes. Elles seules ont cette capacité à créer des plants en symbiose avec leur sol, un système racinaire très dense en harmonie avec les micro-organisme ; et recréer de l’humus !! cet humus qui manque terriblement à la surface de notre planète aujourd’hui alors qu’il est notre meilleure ressource pour stocker du carbone.

Mais les maraîchers tardent à s’y mettre, par peur du changement, de mauvais rendements, ou méconnaissance ?

Pourtant, à Jardin’en Vie, ce n’est pas le manque de débouchés qui freine. Et devant l’urgence et la nécessiter d’agir, ils cherchent à changer d’échelle. La Scop vient d’acquérir de nouvelles terres pour passer de 4 à 20ha, et ils visent à étoffer l’équipe pour passer de 6 à 20 personnes d’ici à 2020. Il ne manque plus que les fonds, car il va falloir encore investir. Pour assainir les terres par exemple, 4 ans sont nécessaires ; quand on pense que les agriculteurs conventionnels ont reçu des subventions pour détruire des haies et balancer des pesticides alors que les politiques agricoles n’accordent rien à celles et ceux qui régénèrent les sols !!

Avec la création de l’OPASE (organisation professionnelle des artisans semenciers), ils cherchent maintenant à faire reconnaitre le métier d’Artisan Semencier afin de valoriser ce savoir-faire, former des jeunes et bénéficier de travaux de recherche. Car c’est un travail au combien ardu. Cultiver des végétaux pour leurs graines et assurer leur conservation, c’est devoir faire face à des risques de pollinisation et d’hybridation naturelle : il faut alors compter sur une barrière de culture.

S’il est autorisé de vendre des graines aux particuliers, il reste interdit de le faire auprès de professionnels, ou de vendre des plants. Mais devant ces enjeux, devons-nous attendre sagement que l’état s’affranchisse des lobbys des grands semenciers ? Jardin’en Vie et les autres membres des croqueurs de carotte ont pris leurs responsabilités. C’est à nous, jardiniers amateurs, maraîchers, distributeurs, magasins biologiques et primeurs d’en faire autant.

Ressemons ensemble des graines vivantes, libres et nutritives… !

Minga, l’Alliance Slow Food des cuisiniers, le Groupement des agriculteurs bio du Finistère et le Syndicat des Artisans Semenciers lanceront prochainement

la campagne « Graines d’une Bretagne d’Avenir »

soutenue par certaines Biocoop de la région. Ils ont décidé d’unir leurs efforts pour promouvoir l’usage de semences variétés-populations,auprès des agriculteurs et des jardiniers, professionnels et amateurs, du territoire. Des kit de campagne avec livrets et graines seront bientôt disponibles pour vos semis de printemps !

Thomas, en Terra Lib’ Tour

Jardin’en Vie
Minga – graines d’une Bretagne d’Avenir

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | Tout afficher

  • Alimentons 2012 : Appel de Minga et Nature & Progrès

    29 novembre 2011
    Tous les 7 ans, à cause de l’artificialisation des sols, la France perd l’équivalent de la superficie d’un département en terres cultivables ; chaque semaine 200 fermes en moyenne disparaissent au profit de l’agrandissement d’autres d’exploitations ou de l’urbanisation. La France compte environ 8 millions d’obèses et 3,2 millions de personnes qui ont recours à l’aide alimentaire, de façon intermittente ou permanente. La plupart de nos aliments ont parcouru des milliers de kilomètres avant d’atterrir dans notre assiette. Faire de l’alimentation une priorité est un projet de « haute nécessité » (Lire la suite de Alimentons 2012 : Appel de Minga et Nature & Progrès)
  • Par amour du Bien Vivre

    28 novembre 2011
    Et si l’échec programmé de Cancún s’avérait une bonne chose ? Plutôt qu’une « adaptation » au réchauffement, il pourrait permettre l’élaboration d’un nouveau mode de société. L’échec programmé de Cancún peut être la pire comme la meilleure des choses. Ce sera la pire des choses si cet échec correspond à la volonté de s’adapter au réchauffement planétaire plutôt que de le combattre. Ce choix est déjà celui des grandes firmes, avec des projets techno-scientistes comme les modifications artificielles du climat, la création d’un immense bouclier spatial autour de la terre, les puits de carbone, les arbres OGM mangeurs de (Lire la suite de Par amour du Bien Vivre)
  • La tentation normalisatrice de l’économie sociale et solidaire : un virus mortel

    20 septembre 2011
    Communiqué Minga du 21/01/11 "L’empressement de certains acteurs de l’économie solidaire à répondre au rapport Vercamer sur l’enjeu de la labellisation comme question clé du développement de l’économie solidaire nous préoccupe. Cela traduit la gravité de l’état de dépolitisation à laquelle en est rendue l’ESS. Quel contraste avec l’époque où nombre d’initiatives de citoyenneté économique s’en réclamant ont vu le jour par refus du traitement social du chômage ! À travers ce projet de labellisation de l’économie solidaire, il ne s’agit rien moins que de gérer les exclusions, à défaut de les combattre. Parce que (Lire la suite de La tentation normalisatrice de l’économie sociale et solidaire : un virus mortel)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | Tout afficher

Prochaine livraison

  1. Pays de Rennes : chaque vendredi sauf le 31 juillet
  2. Redon / Vannes / Ploërmel : le 8 juillet, le 22 juillet puis le 2 septembre
  3. Dinan / St-Malo : le 9 juillet puis le 10 septembre
  4. Quimper / Lorient / Auray : les 22/23 juillet, Pas de tournéee en Août
  5. St Brieuc / Lannion / Morlaix / Brest / Carhaix : les 28/29 juillet, puis les 8/9 septembre
  6. Nantes : le 16 juillet, le 3 septembre puis le 10 septembre
  7. Angers / Cholet / Ancenis : le 8 juillet
  8. Reste de la France : départ sous 48h-72h par transporteur - délai selon destination
  9. Fermeture semaine 33 et 34 du 10 août au 23 août 2020
Terra Libra 5 rue des vanniers – ZA de la forge – 35830 Betton – Tél : 02 99 37 14 00 – Fax : 09 81 38 55 37 – Mobile : 06 99 98 35 35 –
Se connecter